ROMANS SUR ISERE : UN CAS D’ECOLE

En France, l’éducation est une compétence régalienne ce qui signifie qu’il revient à l’État d’en assurer l’organisation. Espace d’apprentissage, l’école est aussi et surtout un lieu où l’on se découvre en même temps que l’on découvre la vie. On y crée des liens, s’y épanouit, et y développe un appétit dont on ne mesure la noblesse que plus tard.

À Romans, 21 établissements maillent le territoire et constituent autant de berceaux pour ces esprits naissants. En classe maternelle puis en cycle élémentaire, nos enfants fourbissent des armes d’instruction massive qui leur serviront àforger les destins auxquels ils aspirent.

Au sein de ces écoles, chaque lien d’amitié noué, chaque poésie apprise, chaque concept maîtrisé, chaque éclat de rire lancé, chaque idée envisagée, chaque démarche entreprise, chaque sourire échangé, chaque rêve imaginé est un pas supplémentaire vers la liberté.

Évidemment, le savoir, le savoir-faire, le savoir-être et le savoir-vivre ne sont pas des monopoles d’État. Si tant est qu’il soit utile de le rappeler, la famille est le premier vecteur éducationnel et les parents sont les premiers professeurs de ces adultes en devenir.

Pour autant, l’école de la République tient son rôle afin de garantir une certaine équité et une égalité certaine entre tous ses enfants. De son côté, la Ville assume la mission qui est la sienne en réunissant les conditions nécessaires à l’épanouissement des écoliers.

Dernièrement, son positionnement en faveur d’un retour à la semaine de 4 jours s’est inscrit dans cette démarche d’amélioration des conditions d’apprentissage, à l’issue d’une large concertation avec les parents d’élèves et directeurs d’écoles. Il s’agit d’un retour à la situation pré-réforme, largement plébiscitée, qui sera effective dès la rentrée prochaine !

En dépit de la situation serrée, des baisses de dotations répétées ces dernières années et de l’effort demandé aux collectivités, la municipalité a su œuvrer et manœuvrer pour dégager des financements qui profitent à tous.Confortées par l’assainissement global du budget de la Ville, des sommes conséquentes ont donc pu être allouées à l’éducation, qu’il s’agisse de l’entretien des bâtiments publics ou des démarches de perfectionnement des dispositifs mis à disposition de nos enfants.

Ce faisant, Romans investit dans la richessela plus précieuse qui soit : sa jeunesse. Aussi, réunir les conditions de leur réussite est une impérieuse nécessité tant le futur de la société est intimement lié au leur.

A l’occasion du Carnaval, le 25 février prochain, je compte sur votre présence nombreuse pour constater par vous-mêmes que les enfants de Jacquemart (petits et grands) sont à la fois son présent et son avenir…

Marie-Hélène THORAVAL

Posté dans général le 19 février 2018 | Commentaire (0)

Chères Romanaises, chers Romanais,

Nous laissons derrière nous une année 2017 riche à plusieurs égards et nous sommes fiers des nombreux accomplissements qui l’ont ponctuée.

À l’aube d’un nouveau cycle, nous gardons à l’esprit les valeurs pour lesquelles vous nous avez offert votre confiance : travail, abnégation, intégrité et dévouement. Ces dernières, avec votre soutien, dessinent jour après jour le « Romans gagnant » dont nous n’osions même pas rêver il y a quelques années.

De son côté, la minorité municipale s’attache à commencer l’année comme elle a fini la précédente : dans le registre tragi-comique qu’elle affectionne tant. En effet, la fronde est en marche dans ses rangs et celle-ci se délite peu à peu. Parmi ses bonnes résolutions, aucune trace de la moindre volonté d’assumer un rôle d’acteur constructif dans le débat public.

Loin des slows de la Saint-Sylvestre, c’est à une valse des étiquettes que s’adonne l’opposition depuis quelques mois. 3 groupes politiques dans l’hémicycle en 2014, quatre en 2017, cinq en fin d’année dernière et six pour débuter 2018 : où s’arrêtera cette ridicule partie de chaises musicales ?

Quoi qu’il en soit, l’émiettement de la minorité nous force à poser la question : assiste-t-on à une recomposition ou bien à une décomposition de cette dernière ?

Face au naufrage d’une partie de l’opposition, coulée par les courants de l’opportunisme, sachez toutefois que la majorité tient la barre et maintient le cap dans le sens du bien commun, avec rigueur et ténacité.

Toute l’équipe de « Romans Gagnant » vous adresse ses meilleurs vœux de santé, de bonheur et d’épanouissement pour cette nouvelle année.

Posté dans général le 25 janvier 2018 | Commentaire (0)

Toujours plus fort.

La ville est un corps aux 1000 visages. Un corps qui compte autant de nuances qu’il abrite d’habitants. Un corps millénaire dans le cas de Romans, qui évolue dans un environnement soumis à une multitude d’aléas. Des aléas politiques, climatiques ou économiques. Un corps qui se meut et qui véhicule à travers les siècles un lot d’histoires, d’évènements, d’anecdotes, de souvenirs et d’intrigues. Un corps tantôt apaisé et tantôt malmené, à la fois solide comme un roc et fragile comme le cristal. Seul le temps demeure témoin de l’impact des âges sur cette anatomie aux diverses facettes.

À l’aube de l’année 2018, véritable charnière, que peut-on dire de cet organisme ? Avant tout, il convient d’affirmer qu’il va mieux ! Outragé pendant des décennies, il retrouve peu à peu une vitalité et une ardeur palpables. L’année écoulée, marquant la sortie des prêts toxiques, l’affirmation d’une vision raisonnable et raisonnée, le succès de nombreux projets architecturaux, sportifs et populaires ou encore la consécration d’une attractivité retrouvée, témoigne de cette dynamique positive.

Comme le veut la coutume, il convient donc de souhaiter aux Romanaises et Romanais, mais aussi à Romans, une bonne année et surtout une bonne santé. Les 365 jours à venir sont autant d’opportunités pour œuvrer en ce sens, et nous avons toutes et tous le sort de la ville entre nos mains. Sa prospérité passe par nos engagements et son bien-être par nos efforts communs.

Depuis bientôt 4 ans, ces efforts s’avèrent payants et la cité commence enfin à récolter les premiers fruits d’un travail de longue haleine. Beaucoup de chemin parcouru, donc, jalonné de concrétisations dont il faut être fiers, mais la route est encore longue et il faut s’armer de patience, d’audace et de persévérance pour maintenir le cap.

Il faut se féliciter du travail accompli puis, avec humilité, mettre du cœur à l’ouvrage pour façonner une année 2018 aussi étincelante que sa prédécesseure. La ville est notre plus intime dénominateur commun et il nous appartient de nous l’approprier, de la dessiner à l’image de ce que nous voulons être solidairement.

Remis sur pied, le corps de notre commune est désormais stable et repose sur des assises solides. Un budget assaini, une sécurité accrue, une attractivité grandissante et un développement croissant : tels sont les ingrédients de la recette du succès. Avec la constance comme moteur et l’entrain comme carburant, il est désormais nécessaire de raffermir ce bien commun afin d’être plus que jamais #FiersDeRomans.

Excellente année 2018 à toutes et à tous.

Marie-Hélène THORAVAL

Posté dans au Conseil Municipal le 12 janvier 2018 | Commentaire (0)