L’espoir est permis

Le contexte de la vacance commerciale et de la désertification des centres-villes des communes moyennes dépasse largement les frontières nationales. Romans n’échappe pas à cette problématique depuis de nombreuses années avec des situations contrastées entre le centre historique et les boulevards situés sur le haut de la ville. Nombre de Romanais ont en mémoire l’activité commerciale et sa dynamique des années 70, notamment en évoquant la « côte Jacquemart » dans laquelle il est de coutume de dire que les passants et consommateurs « se portaient » tant elle était active. Parallèlement, chacun s’accorde à considérer que le commerce est un élément de vitalité et de construction des centres-villes.

La vitalité des centres urbains est liée à trois facteurs principaux que sont le contexte socio-économique, l’équilibre avec les commerces de périphérie et la qualité de l’environnement.Au regard de ces facteurs déterminants, la majorité municipale a enclenché des actions d’envergure qui sont favorablement accompagnées par les premiers résultats de la relance de l’attractivité depuis trois ans aux cotés des associations de commerçants. La dynamique de l’activité économique du territoire entraine une montée significative de création d’emplois dans un bassin de plus de 90 000 habitants. Les commerces de périphérie n’ont pas connu d’évolutions majeures au-delà d’investissements de rénovation sans conséquences sur les commerces de centre-ville. Parallèlement, l’environnement urbain fait l’objet d’une mutation notoire avec des avancées significatives en termes de sécurité, d’aménagement des espaces et d’animations. De même, les modalités de stationnement à compter de l’année prochaine seront plus simples et moins chères, un atout supplémentaire.

Des moyens conséquents sont engagés pour la revitalisation du centre-ville. De nouvelles ouvertures de commerces sont effectives tant sur les boulevards que dans le centre historique. Les premières opérations de boutiques éphémères initiées par la ville ont convaincu des porteurs de projets de s’installer dans le centre ancien. D’autres ouvertures commerciales sont à venir. J’appelle chacun à encourager ces initiatives, à venir les découvrir et les faire vivre. Le commerce est avant tout l’affaire des commerçants dont le succès est conditionné par une adaptation de l’offre et des services proposés en cohérence avec les attentes et les nouveaux modes de consommation de la clientèle.

C’est ensemble que nous inverserons la tendance avec force, volonté et détermination.

Marie-Hélène THORAVAL

Maire de Romans-sur-Isère

Posté dans au Conseil Municipal, général le 13 novembre 2017 | Commentaire (0)

L’eau, un bien public

Les bien-pensants qui ont gouverné notre ville plus d’un tiers de siècle nous expliquent avec de grands effets de manche qu’il faudrait reprendre en gestion directe ce qu’ils ont délégué aux entreprises privées il y a près de 25 ans. Ce fut l’objet d’âpres discussions lors du dernier conseil municipal qui abordait le nouveau contrat de distribution d’eau sur la ville de Romans. Nous n’avons jamais eu la prétention de disposer des meilleures solutions. Pour autant, force est de constater que la contestation se traduit par des discussions couronnées d’une stérilité indéniable. Contester pour contester quelle culture ! À quand des propositions construites sur une argumentation en phase avec les réalités. Qui aujourd’hui peut avancer en ayant comme seul guide une approche dogmatique animée par de vieux relents idéologiques ? Pas d’idéologie dans le groupe de la majorité municipale mais une priorité de chaque instant : tout mettre en œuvre pour la satisfaction de nos concitoyens. C’est ainsi que la renégociation du marché de distribution d’eau sur notre ville a été menée avec un objectif principal : redonner du pouvoir d’achat aux Romanais. Ainsi, le prix au mètre cube aura baissé de 30 % depuis le début de mandat. Ce qui permet à la population romanaise de disposer d’un pouvoir d’achat de 320 000 euros par an soit 3,9 millions d’euros sur la durée du contrat qui est de 12 ans. L’eau n’est donc pas privatisée, elle reste un bien public, la propriété est communale, seule la distribution est assurée par un opérateur privé. En conclusion, au dogmatisme et à l’idéologie, le pragmatisme sera toujours privilégié par la majorité municipale.

Posté dans général le 16 octobre 2017 | Commentaire (0)

Du projet aux chantiers

Il est courant voire fréquent de constater combien chacun aime la nouveauté mais craint les changements qui l’accompagnent.

Chaque Romanais est viscéralement attaché à sa ville. Il y a un peu plus de trois ans, l’espérance du renouveau nous a été confiée. Cette confiance est un élément déterminant qui a conduit notre majorité à redresser une situation d’enlisement. Redressement jugé trop radical par certains mais absolument nécessaire pour renouer avec une dynamique dont chacun pourra tirer les bénéfices.

En assainissant les finances et en respectant la non-augmentation des impôts nous avons confirmé notre capacité à accueillir des investisseurs privés et institutionnels. La politique de sécurité a largement contribué à conquérir l’image d’une ville plus apaisée, une ville plus sûre, dans laquelle la nécessité de réaménagement est indiscutable.

Ces nouveaux aménagements sont des projets d’envergure dont l’objectif principal est d’accroître encore et toujours l’attractivité. C’est en quelque sorte une « opération à cœur ouvert » qui s’impose au travers des chantiers Gar’Is.

Les économies réalisées depuis le premier jour de mandat ont permis de doubler les sommes allouées à l’investissement. Les besoins de travaux sont colossaux et occasionnent des gênes temporaires dont nous sommes bien conscients.

Vos modes de vies comme vos envies évoluent et nous mettons tout en œuvre pour adapter et anticiper les aménagements nécessaires au bien vivre de tous à Romans.

Marie-Hélène THORAVAL

Maire de Romans-sur-Isère

Posté dans général le 6 octobre 2017 | Commentaire (0)