Des engagements tenus

Depuis avril 2014, la majorité municipale a préféré la constance de l’effort à la surenchère politique. En reprenant une ville dont tous les voyants étaient au rouge, seules l’audace et la ténacité nous ont permis d’éviter la faillite financière d’une ville empêtrée dans les prêts toxiques. Notre action a permis à la ville de Romans-sur-Isère de se positionner comme première ville de France à sortir de la dette toxique. Plus encore, Romans-sur-Isère a été la seule ville à mener une négociation permettant de se désendetter. Depuis 2014, les dotations de l’État baissent massivement. Nombre de collectivités ont fait le choix d’activer le levier fiscal pour compenser. Une fois encore, Romans-sur-Isère se distingue en respectant l’engagement de ne pas augmenter les taux d’imposition tout en développant l’investissement.
Nous avons fait le choix d’une démarche entrepreunariale qui nous a permis de faire des économies de fonctionnement et de relancer l’investissement qui a tant fait défaut pendant des décennies. Une meilleure organisation, une meilleure gestion et une volonté d’attribution équitable des subventions. Était-il normal de laisser cinq associations absorber près d’un million d’euros de deniers publics ? À ces choix courageux, l’attractivité fait son œuvre. La relance économique est là, les investisseurs viennent en confiance dans une ville qui gagne en sécurité, en propreté, en aménagements.
Le chantier de la redynamisation du centre ancien est enclenché. Il demande courage, rigueur et constance pour inverser un déclin opéré depuis plus de 20 ans. Seule la volonté commune en assurera la réussite. Fort de votre confiance, ce bilan de mi-mandat se distingue par la preuve des engagements tenus. À ces engagements tenus s’ajoute une démarche qui nous mène au-delà avec des réalisations portées par des partenaires privés nous permettant d’aller plus vite, plus loin pour une fierté partagée d’une ville qui se modernise.
Marie-Hélène THORAVAL
Maire de Romans-sur-Isère

Posté dans général le 22 mai 2017 | Commentaire (0)

L’opposition en pleine débâcle

En ce printemps électoral les critiques envers la municipalité poussent comme de jolies plantes vénéneuses. Une partie de l’opposition ressent des démangeaisons qui sont peut-être en rapport avec un scrutin national.

C’est sûrement la raison pour laquelle, les tribunes de Romans Mag regorgent, plus que jamais, de contre-vérités, d’à-peu-près fallacieux et d’affirmations grotesques frôlant la diffamation. La municipalité ne répondra pas à ces fariboles. Sans autosatisfaction, Madame le Maire et son équipe municipale peuvent présenter un bilan à ceux qui ont la mémoire courte et aux jaloux qui n’ont rien fait ! La majorité municipale ne répondra pas à ces sornettes, privilégiant l’action à la réaction. Cependant, nous tenons à mettre à part et à distinguer la tribune du groupe communiste dont l’argumentation et le ton montrent un intérêt réel pour un vrai sujet romanais.

Conscientes du problème que pourrait induire une gestion supposée lointaine, Madame le Maire et la municipalité affirment qu’elles sont particulièrement impliquées dans ce dossier afin d’améliorer la politique sociale et le logement romanais. Madame le Maire rappelle aussi que certaines décisions sont les conséquences quasi inéluctables d’une gestion patrimoniale catastrophique du parc social par les anciennes majorités. Afin que le silence ne soit pas pris pour du mépris, la majorité municipale, en se penchant sur les « reproches » qui lui sont adressés, forme un vœu pour que les tribunes de Romans Mag soient inspirées par des remarques constructives et par des convictions fortes au service des Romanais et Romanaises.

Accrochée à ses défauts, comme un naufragé à un tronc flottant, l’opposition use son énergie, déjà affaiblie par des divisions à dénigrer et à tromper. Copiant les parieurs qui jouent leur va-tout, des groupes d’opposition empilent les mensonges sur les accusations. La surenchère produit une euphorie qui les déconnecte de la réalité et du bon sens !

A chacun sa méthode !

Sans autosatisfaction, mais avec une certaine fierté, Madame le Maire et la majorité municipale présentent sans crainte leur bilan aux Romanais et Romanaises. Ne pouvant s’inspirer du vide abyssal des idées et des propositions d’une opposition en crise, elle continuera à travailler pour Romans avec courage et détermination.

Posté dans général le 21 avril 2017 | Commentaire (1)

Notre responsabilité collective

Notre pays, à l’instar du reste du monde, connaît depuis plusieurs décennies une mutation importante et de plus en plus rapide. Les changements économiques, sociaux, culturels, environnementaux que nous vivons, dans un tourbillon médiatique permanent, donnent le sentiment à la population de n’avoir plus prise sur le cours des événements.

Pourtant, nos concitoyens aspirent à autre chose et la volonté d’agir pour retrouver un élan et une unité n’est pas loin.

À l’échelle d’une collectivité locale, et en l’occurrence à celle de Romans-sur-Isère, cette incertitude existe aussi, en revanche les moyens d’y pallier sont à notre portée. Pour retrouver un sentiment d’appartenance, de fierté et une volonté commune d’avancer dans le même sens, nous devons d’abord nous attacher à reconstruire le bien commun. Parce que le « droit de chacun de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » est intégré dans notre Constitution depuis 2005 et que les politiques publiques doivent promouvoir ce développement durable, il nous appartient, tant individuellement que collectivement de tout mettre en œuvre pour préserver ce bien commun synonyme de responsabilité envers les générations futures.

Au-delà des effets de mode, la prise en compte du long terme dans nos choix d’aujourd’hui, dans nos modes de vie, de production et de consommation, relève de la responsabilité de tous.

À cet effet, la Ville a initié une démarche de valorisation du cadre de vie, via un plan d’actions pour aménager et embellir nos parcs, squares, massifs, ronds-points… Avec la volonté de mettre en œuvre des pratiques respectueuses de l’environnement comme l’abandon des pesticides par exemple.

La notion de propreté étant indissociable de ce travail d’embellissement, la municipalité s’est aussi attachée à optimiser l’organisation du service de la propreté urbaine depuis un an. L’implication de ses agents dans le désherbage des trottoirs et le nettoyage de la ville contribue de façon importante à la qualité du cadre de vie et des espaces verts.

Si la propreté urbaine relève des services municipaux, elle doit aussi être accompagnée d’une prise de conscience collective et d’un comportement responsable de la part de chacun d’entre nous.

Il faut savoir que la somme des incivilités commises dans notre ville (dépôts d’ordures dans les rues, tags, déjections canines…) représente un surcoût important pour la collectivité : près de 90 000 € par an. Ces dépenses pourraient facilement être évitées et consacrées à des investissements à plus grande valeur ajoutée pour notre cadre de vie.

Il n’y a pas de progrès collectif sans attention individuelle.

Marie-Hélène THORAVAL

Maire de Romans-sur-Isère

Posté dans général le 16 avril 2017 | Commentaire (0)