Finances de la ville de Romans

Posté dans général le 23 septembre 2009

La réunion extraordinaire du conseil municipal du 21 septembre devait permettre un débat sur l’avis que la Chambre Régionale des Comptes a publié en juillet dernier sur le budget prévisionnel de la ville de Romans. S’il y eut débat, celui-ci fut peu constructif. Mais comment aurait-il pu en être autrement dés lors que la majorité municipale, tout en qualifiant de négative l’attitude de l’opposition, présente des argumentations irrecevables et reconnait ne pas communiquer à l’opposition ses projets d’économie pour la ville.

Sur la dette,

La majorité municipale entretient le mal entendu pour contester les affirmations de l’opposition. Mais quelques soient les présentations en saucissonnage des différents budgets, principal et annexes, la dette reste ce qu’elle est, à savoir 2472 € par habitant avec un étalement des remboursements pouvant aller jusqu’à 40 ans pour certain d’entre eux.

Monsieur Henri Bertholet use de plusieurs arguments pour relativiser la gravité de cette dette. D’abord il la compare à celle de l’Etat. Mais si la dette de Romans peut être objectivement comparée aux dettes très inférieures des villes de la même catégorie de population, la structure de la ville de Romans n’étant pas comparable à celle de l’Etat, une comparaison de notre dette avec celle de l’Etat n’a pas de sens. L’opposition et les 49,5 % de romanais qu’elle représente ne peuvent accepter que l’on justifie des erreurs ou des manquements dans la gestion de notre ville par une telle comparaison.

Monsieur Bertholet compare aussi le montant de la dette à celle du patrimoine de la ville en affirmant que les romanais possèdent plus de patrimoine que de dette. Il a cité 90 millions d’euros pour la voirie. Mais en quoi un tel patrimoine pourrait-il servir de garantie vis à vis de dettes bancaires ? Et le montant sans doute exorbitant des travaux nécessaires à la remise en état de cette voirie a t’il été pris en compte dans cette évaluation ? Romans pourrait-il envisager de se débarrasser de sa voirie pour un retour à une fiscalité locale raisonnable ? Cet argument, comme le précédant, ne saurait satisfaire les romanais !

Sur la vente de la gendarmerie,

Même s’il n’est pas dans la vocation d’une ville de gérer une telle structure, la Chambre Régionale des Compte (CRC) a exprimé un avis défavorable pour la vente la gendarmerie par la ville de Romans. Mais le Préfet de la Drôme, après les avoir reçu cet été, a autorisé messieurs Bertholet et Dresin à ne pas prendre en compte les préconisations de la CRC.

A la question de savoir ce qui avait pu conduire le Préfet à autoriser messieurs Bertholet et Dresin à ne pas suivre l’avis de la CRC, il nous a été répondu que le Préfet avait été convaincu par la présentation de leur plan d’économies pour la ville. La majorité municipale a reconnu ne pas avoir communiqué d’information à l’opposition municipale sur ce plan d’économies. Alors comment messieurs Bertholet et Dresin peuvent ils proposer un débat sur le sujet et s’indigner de l’attitude de l’opposition alors qu’ils la privent des moyens élémentaires dont elle aurait besoin pour un travail efficace ?

Conclusion

Non convaincue par les arguments non crédibles exposés et en l’absence d’information sur un plan efficace d’économies, l’opposition poursuivra son action de veille et d’information des romanais sur la gestion de leur ville conduite par messieurs Bertholet et Dresin.

L’équipe d’opposition municipale

Commentaires

A Romans, on va bientôt se retrouver comme à la grande époque de l’URSS. Pas de discussion possible, sinon “goulag” (à Romans ça veut dire on ne dit rien à l’opposition ni aux romanais d’ailleurs(!), on ne la paye pas contrairement à ce qui avait été annoncé en début de mandat…).
Avant ils avaient une opposition le temps des élections, après plus personne pendant 7 ans. Aujourd’hui Madame Thoraval et son équipe sont très présent, et ça, ça les dérange beaucoup…

#1 
Ecrit par fabien le 24 septembre 2009 à 09:11:43

Les chiffres sont,,,(il est vrai !!!) tétus !!!!
Monsieur Dresin confondrait t-il la caisse et le Bénefice ??????????
NOn,,,,,,,,,,,,, cela est impensable d’un gestionnaire de notre ville ………….. (et pourtant……….).
A moins de prendre les Romanais pour des imbeciles !! chacun sait qu’une trésorerie evaluée a un jour “j”, ne reflete en rien la bonne (ou mauvaise santé) d’une commune !
Annoncer que la ville dispose de 699 000 euros le jeudi precedent (voir le dauphiné du 8/09/09)est sommes toute flateur ( bien sur !!!!), mais qu’en est-il une fois toutes les charges de fonctionnement réglées ????
Comme chaque citoyen,,,,, mon salaires versé au début du mois peut valoir une trésorerie “”trés positive”", flateuseuse auprés de mon Banquier, mais qu’en est-il aprés toutes mes factures réglées ???????????
je peux, aussi, comme Monsieur Drésin, vous annoncer une trésorerie positive ,,,,, a un jour “J” !!!!!!!!!! mais cela ne reflete en rien la réalitée des choses !
Une fois de plus, un façon socio”logique” d ‘exprimer les chiffres ………….

Christophe

#2 
Ecrit par christophe le 24 septembre 2009 à 19:29:40

La ville est endettée , nous le savions tous au moment des élections municipales .. et pourtant l’équipe sortante a été reconduite aux affaires . De cela il faut tirer un bilan .
1- La moitié des votants ont suivi la majorité municipale c est à dire qu’ils approuvent le fait d ‘avoir une dette abyssale . Des lors pourquoi continuent ils à porter aux nues une équipe incapable d ‘enrayer la spirale de la dette ? La principale raison est que les électeurs de Mr Bertholet ne payent pour ainsi dire aucun impôt. Le foncier peut toujours augmenter pour tenter de combler le déficit , les électeurs de gauche assujettis à aucune taxe ne sont pas concernés par ce problème crucial qui entraine la ville à sa ruine économique .
2- L’autre moitié ( moins quelques voix ) ont désapprouvés cette majorité laxiste . Ce sont ces électeurs qui supportent la charge totale des impôts et payent donc les frasques de la municipalité .
Il sera bon au moment des prochaines municipales que chaque contributeur de la ville ( de gauche ou de droite ) se souvienne que durant les 6 ans précédents il a payé non pas son juste impôt ( ce qu il doit à la collectivité ) mais deux fois celui ci : le sien et celui de l’électeur non imposable,à tous les sens du terme, qui a apporté son soutien à la majorité socialiste . En conclusion à Romans , l’opposition municipale et ses électeurs payent pour l’incurie budgétaire des élus de gauche … La gauche sait très bien se servir des ressorts positifs de la démocratie pour servir ses intérêts partisans. C est une grande leçon à ne jamais oublier

#3 
Ecrit par Rachel le 05 novembre 2009 à 15:33:47