Jeunesse et retraite

Posté dans général le 19 octobre 2010

Les années lycées comme les années étudiantes sont des périodes particulièrement riches en réflexion afin de prendre des décisions dont la nature impactera l’avenir de chacun de nos jeunes. Faire des choix selon ses aspirations et ses possibilités en intégrant les paramètres d’un monde économique dont on ne maîtrise pas toutes les données n’est certes pas facile. Cette situation n’a rien de nouveau car elle est commune à tous et avérée de tout temps. Nous avons tous du faire des choix mais aussi les réajuster en fonction de l’évolution, des perspectives, et des opportunités qui se présentent. La crainte du chômage est légitime, le questionnement par rapport à la retraite l’est tout autant. Cependant, il est scandaleux d’utiliser cette situation pour gonfler artificiellement les rangs des contestataires qui finalement reprochent au gouvernement d’inscrire la solidarité entre les générations futures face à la problématique des retraites. Les principales revendications des jeunes précisent d’une part que cette reforme est contre eux, d’autres part que l’allongement de la durée du travail contribue à faire exploser le chômage des jeunes.

Cette réforme est faite pour les jeunes :
La situation démographique conjuguée à la crise économique et financière a déséquilibré le financement du système des retraites. En 1960, on comptait 4 actifs pour financer un retraité, en 1980 ce ratio était de 3 actifs pour un retraité, aujourd’hui ce même ratio est de 1,8 actifs pour un retraité. Alors, comment rester immobile lorsque l’on sait qu’à l’horizon 2050 on ne disposera plus que de 1,2 actifs pour un retraité !
Le système actuel de retraite est déficitaire de 32 milliards d’€. Si rien n’est fait, il sera de 45 milliards d’€ en 2020. Ce déficit est financé actuellement par la dette et continuer dans ce sens conduirait à faire supporter le remboursement de cette dette à nos jeunes en plus de leur cotisations retraites, autrement dit c’est les condamner à payer doublement.
La retraite par répartition est un modèle de solidarité intergénérationnel, les jeunes financent les retraites des aînés alors il est de notre responsabilité de transmettre aux jeunes un système social soutenable et non d’en faire des victimes de l’égoïsme de leurs aînés. 

L’allongement de la durée du travail n’a pas d’incidence sur le chômage des jeunes :

Faire croire que l’emploi des seniors retire l’emploi des jeunes relève du raisonnement idéologique mais ne correspond à aucune réalité économique. Si la répartition de l’emploi relevait de l’arithmétique, la réforme des 35 heures aurait eu des résultats sur le taux de chômage, alors qu’il n’en est rien. D’autre part, les emplois des séniors et les emplois des jeunes ne sont pas substituables. Majoritairement, ils ne travaillent pas dans les mêmes secteurs, n’ont pas les mêmes qualifications, les mêmes expériences et enfin leurs rémunérations sont différentes.

Les pays dans lesquels les seniors travaillent plus longtemps sont les pays où le chômage des jeunes est le plus faible. La Suède en est un exemple probant avec un taux d’emploi des seniors de 70% et un taux d’emploi des jeunes le plus fort d’Europe à 42,2%. A l’inverse la France perd sur ces deux tableaux les seniors ont un taux d’emploi de 39% et les jeunes ont un taux d’emploi de 32% ! Comment aller contre un gouvernement qui réagit en mettant en place des mesures si ce n’est contester pour contester !

Les mesures pour la jeunesse :

En Avril 2009, un plan d’urgence a été mis en place pour les jeunes. Il est particulièrement axé sur l’apprentissage et l’alternance afin de favoriser l’insertion professionnelle. Les résultats sont déjà amorcés, le nombre de jeunes inscrits à pole emploi a baissé de 5% depuis mai 2009.

Les conditions de vie des étudiants sont en cours d’amélioration. Depuis 2007, + 20% pour les bourses des 100 000 étudiants les plus défavorisés, +13% pour les bourses de tous les autres étudiants boursiers.

Par ailleurs, les jeunes en situation de précarité se trouvant au chômage mais non indemnisés bénéficient de 6 trimestres validés pour leur retraite au lieu de 4 actuellement. Pour accompagner les jeunes en difficultés le RSA jeunes est en place de puis septembre 2010.

Dans le même temps, le logement étudiant n’est pas en reste avec 40 000 places nouvelles ou rénovées. Des emplois sont créés sur les campus et sont réservés aux étudiants en fonction de critères sociaux et académiques.

Les rémunérations des étudiants travailleurs sont exonérées.

Toutes ces mesures sont actives, car le seul rempart au chômage reste indéniablement la formation. Alors, inciter les jeunes à abandonner les cours pour manifester pour des causes sans fondement relève de l’irresponsabilité. Les arguments retenus à leur intention sont faux et ont pour unique objectif : faire gonfler artificiellement les rangs des manifestants. C’est aussi mettre les jeunes dans des situations critiques avec les risques de débordement que l’on a déjà pu constater.

Il est désolant d’entendre des discours démagogiques laissant entendre que le travail n’est qu’un bagne et que son seul salut serait la retraite.

Marie-Hélène THORAVAL

Conseillère Régionale

Députée suppléante

 

Commentaires

Depuis la rentrée c’est une vraie galère.Subir toujours subir. On vient au lycée mais on ne sait pas si les profs sont là et on se fait siffler quand on va en cours.C’est vrai qu’avant la retraite j’aimerai bien passer mon Bac.

#1 
Ecrit par Lise le 19 octobre 2010 à 15:15:01

Pour apporter un autre regard d’un retraitédu privé:
Début de carriére en 1965 au labeur 43H5 par semaine,les heures suplémentaires payés; il bénéficie des réductions d’horaires en 1968 et d’une 4 éme semaine de congés.
A partir de 1982 il vit progressivement ces horaires diminuer:43,42,41 et 39H et d’une 5 éme semaine de congé payés…En 2000 la semaine de 35 H et les RTT et enfin la retraite aprés 40 ans d’activité.Mais en fait ,il aura travaillé et cotisé combien de temps ?
Approximativement 74500 H et la géneration qui a commencé sa carriére en 2000?Sur la base actuelle:35X47 semainesX40 ans =65800H Ou 5 ans d’activité de moins que nos anciens ….Et, alors qui doit se sentir concerné?
On peut aussi calculer en partant de 2010:35X47X42=69090H…on est encore loin du compte…alors courage vous allez travailler 42 ans mais en réalité il y aura encore 5410H en moins avec la géneration baby boom .
Bien entendu que cette analyse ne s’applique pas a la SNCF et les organismes qui prenent leur retraite a 55 ans n’entrent pas dans cette catégorie.
Par contre ou je m insurge contre tout nos élus ;quand ces derniers rejettent l’amendement n°249 concernant leur propre retraite http://www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/2770/277000249.asp…..Mesdames et Messieurs les élus vous ne pouvez pas demander aux Français des éfforts au non des solidarités sans vous les attribuer aussi !!!!!

#2 
Ecrit par fournier le 20 octobre 2010 à 07:42:29

La politique locale vous echappe toujours autant, et que d’aigreur, et toujours autant d’idées préconcues. Pour la retraite des élus, vous devriez vous renseigner sur les cotisations. Si vous voulez vous interesser à la vie romanaise, il me semble que les élus de l’opposition ne percoivent aucune indemnité, donc aucune retraite.

#3 
Ecrit par anne le 21 octobre 2010 à 15:09:10

La démocratie, c’est l’expression des citoyens majeurs, libres et égaux dans la discrétion de l’isoloir. Les citoyens dans la rue, c’est absolument anti démocratique.
Ils se couvrent de honte les quelques enseignants, payés par l’Etat, qui usent de leur autorité pour entraîner les enfants dans la rue au lieu de les éduquer à leurs devoirs civiques !

#4 
Ecrit par Damien Lucas le 22 octobre 2010 à 05:35:31

Le travail, ce n’est pas le bagne. Ce n’est pas pour autant une fin en soi.

En ce qui concerne le chômage, la formation, qu’elle soit continue ou non, n’est pas une fin en soi surtout quand la politique de l’emploi ne constitue pas la priorité d’un gouvernement qui table sur la lutte contre l’insécurité notamment tout en flattant les pensées les plus viles de certains de nos concitoyens pour se faire reconduire après 2012.

Les jeunes doivent ils s’abstenir de manifester car leur cause serait mauvaise? Nous manifestons, sans prétendre détenir le monopole de la vérité, tout simplement pour dénoncer l’absence de justice sociale et d’équité dans cette réforme mais également l’absence de concertation avec les syndicats et la fuite en avant d’un président, qui loin de chercher le consensus sur un sujet tel que l’avenir de notre système de retraite, veut simplement décrocher le titre de “réformateur”, lui le chantre de la rupture, si décrié pour ses connivences avec les pratiques passées.

“C’est aussi mettre les jeunes dans des situations critiques avec les risques de débordement que l’on a déjà pu constater”. Oui, il y a des casseurs et des situations inacceptables. Néanmoins, un tir tendu de lacrimo ou une arrestation pour “outrages et rébellion” m’inquiètent d’avantage.

#5 
Ecrit par Bruno Rey le 24 octobre 2010 à 07:10:35

Tous les syndicats touchent des subventions de la ville de Romans.
Idée à communiquer à ceux qui nous gouvernent à Romans :
On devrait allouer cette somme au nettoyage de leurs affiches sauvages qui polluent la ville, et leurs donner ce qu’il reste….. je crois qu’ils devraient de l’argent tellement ils en mettent !
Pollueurs = Payeurs

#6 
Ecrit par lucien le 25 octobre 2010 à 08:17:25

La contribution collective est à son comble car il semble que des bus ont été affretés gratuitement pour que les jeunes puissent aller manifester à Valence. a coté de cela il faut ramer pour partir en rencontre sportive. On saura s’en souvenir au moment voulu….

#7 
Ecrit par Gilles le 26 octobre 2010 à 14:36:33

En ces temps d’émeutes, si d’aucuns en doutaient, les discours sécuritaires de Sarkozy et de sa clique de godillots ahuris demeurent très éloignés des consignes données aux forces de l’ordre. Celles-ci vont devoir une fois de plus lutter sur deux fronts : les bandes multiethniques en face et une élite politique et judiciaire qui les frappera par derrière. En quelque sorte l’alliance de la casquette à l’envers et de la Rolex.

Alors que depuis des années les matadors de l’UMP se répandent en promesses sur le rétablissement de l’ordre républicain, les forces de police procèdent à très peu d’interpellations de casseurs. Quant à les faire condamner en justice, cela relève de la science-fiction dans la France de monsieur Sarkozy.

Pourtant, une fois de plus, une fois encore, une fois de trop, ce n’est pas faute pour les policiers de vouloir faire leur métier. C’est qu’elles ont des consignes très fermes nos forces de l’ordre : surtout pas de nouveau Malik Oussekine – pillages – violences – incendies – lynchages – mais par pitié pas de nouveau Malik Oussekine.
Il est vrai que la moindre « bavure » dont pourrait être victime un jeune «issu de la diversité», même s’il était par ailleurs «bien connu des services de police», serait sévèrement sanctionnée par la Justice qui, rappelons-le, ne fait qu’appliquer les lois votées par la majorité présidentielle.

Qui est responsable de la situation actuelle ? Les racailles en jogging ? Les uns brûlent peut-être les voitures mais les autres leur ont permis de le faire en leur donnant la nationalité française et l’immunité judiciaire.

#8 
Ecrit par veritas le 03 novembre 2010 à 12:23:22

Au sujet de cette fameuse programmation que les autres villes doivent nous envier… Est il vrai qu’elle a été mise en place par un certain Olivier Peyronnaud de Nevers ? pour une modique somme de 40 mois de smic ?
C’est marrant, ce gars qui visiblement a dégommé toutes les associations chargées de la programmation depuis très longtemps, prône exactement l’inverse de ce qu’il propose à la ville de Romans dans son édito à Nevers…
http://www.mcnn.fr/page/?num=1

#9 
Ecrit par dédé 26 le 14 novembre 2010 à 20:36:50
Article précédent : LE QUOTIDIEN DES ROMANAIS ?