USINE CHARLES JOURDAN… CRISE DE NERFS ?

Posté dans général le 28 octobre 2010

A lire les multiples interventions du Président de la communauté de communes sur le devenir du site Charles Jourdan on peut se demander si ses interventions ne sont pas le reflet d’une grave crise interne…cette situation n’a rien d’étonnant.

D’une part, les élus considèrent ce site comme une friche industrielle. C’est une grave erreur car c’est ignorer l’élément essentiel qui se traduit dans  le sentiment d’appartenance de toute une population. Ce sentiment d’appartenance  s’appuie sur des fondements diverses mais néanmoins intimement liés. Le rayonnement international comme la qualité du savoir faire sont souvent mis en avant et la fierté du positionnement sur le marché du luxe en est toute légitime. Par contre, la puissance créative est largement sous-estimée et c’est dommageable car il s’agit de la clé incontestable de la reconversion de ce site.

D’autre part, ce bâtiment est situé en centre ville et non en zone industrielle. Cette configuration réclame un traitement spécifique puisque qu’elle inscrit le site dans le patrimoine romanais. Mais, chacun s’accordera à considérer que le patrimoine n’est pas une priorité pour la majorité locale. Il suffit d’observer l’état de délabrement des bâtiments anciens et l’impitoyable conversion d’immeubles en logement sociaux. Les décisions d’aménagement de ce quartier, avec la construction d’immeubles neufs au bord de l’Isère, sont venues contrarier non seulement la valorisation du tènement Jourdan mais aussi l’attractivité de l’entrée de ville.

Le courage politique voudrait une démarche innovante qui, transformerait ce lieu en vivier de créateurs avec des services associés relevant de la formation, d’ateliers de faisabilité. On peut se glorifier du savoir faire romanais dans de grands discours mais la véritable action est de lui donner une chance.

Il est vraiment navrant que l’entretien de l’amertume ouvrière soit préféré au renouveau, seule chance pour Romans de renouer avec un avenir d’exception.

Mots-clefs :,

Les commentaires sont fermés

Article suivant : AVEC OU SANS BAIL
Article précédent : Jeunesse et retraite