Quand les courbes s’inversent…

Posté dans général le 12 avril 2016

Il y a tout juste deux ans, la majorité des Romanais portait notre équipe aux responsabilités avec un mandat clair : replacer le bien commun au cœur des décisions municipales, relancer l’attractivité de la commune et assurer la sécurité des Romanais.

D’une ville étranglée par les emprunts toxiques, nous sommes devenus une ville modèle dans la gestion de la sortie de ces emprunts à taux variable. Nos négociations et notre travail ont permis une baisse de la dette de 125 euros / habitant,  soit plus de 4,6 millions d’euros de dette en moins.

D’une ville souvent qualifiée de clientéliste, nous l’avons transformée en une ville équitable qui n’augmente pas le taux d’imposition pour la 3e année consécutive et une ville efficace au service de la satisfaction de tous les Romanais (Allô Mme le Maire).

D’une ville oubliée des chefs d’entreprises, nous avons su en faire une ville attractive qui crée de l’emploi (400 recrutements en cours) et qui a su tisser la confiance avec les entrepreneurs locaux pour qu’ils investissent massivement sur le territoire (140 millions d’euros).

D’une ville frappée par la petite délinquance, nous sommes en passe d’en faire une ville sécurisée grâce à des choix forts en matière de police municipale et de déploiement du système de vidéo-protection.

D’une ville paralysée, Romans est devenue une ville plus animée grâce à l’organisation d’évènements populaires comme les Masters de Pétanque, le festival d’humour Kermezzo[o] ou encore le Paris-Nice.

Dans les prochains mois, les défis seront nombreux pour poursuivre l’inversion des courbes.

Si la vacance commerciale demeure une difficulté, nous avons la conviction que les travaux du projet Gar’Is, dès le printemps, permettront de redynamiser l’offre commerciale en centre historique grâce aux actions de l’Office du commerce et à des choix stratégiques comme la piétonisation des quatre places autour de la Collégiale.

Malgré la faiblesse de nos ressources, fruit de l’histoire de notre territoire et des choix passés, nous saurons défendre notre projet de « Cité des Talents » auprès des partenaires départementaux, régionaux et nationaux afin d’élargir le tissu économique romanais aux filières du numérique et de l’acoustique.

Nous savons combien l’attente de changement est forte et que les réalisations concrètes prennent du temps. Depuis deux ans, nous souhaiterions que tout aille plus vite, toujours, tout le temps. À notre impatience, mêlée à la vôtre, le principe de réalité s’oppose bien souvent à nous. Mais les Romanais savent qu’aux intérêts particuliers, nous préférons la défense du bien commun dans la droite ligne des engagements pris en 2014 ; nous croyons pouvoir nous appuyer sur ce premier bilan pour être assurés de votre confiance.

Les commentaires sont fermés