Charité bien ordonnée, commence par soi-même

Posté dans général le 5 novembre 2016

L’opposition n’a de cesse de critiquer l’action de la majorité municipale et le projet pour lequel nous avons été élus. Ce qui est un comble au regard de l’absence chronique de propositions constructives de leur part. Dernièrement ils se sont attaqués à un soi-disant manque de cohésion et d’unité au sein de notre équipe ; un comble encore une fois lorsqu’on se penche sur la cohésion de leur(s) groupe(s) de gauche. Dès l’origine, nous le savions que trop bien, le rapprochement électoraliste entre les socialistes, les communistes et les verts a inévitablement laissé de côté le partage d’idées communes au profit de l’accession au pouvoir. Le résultat est sans appel : mauvais calcul ! Mais aujourd’hui ces différences de point de vue, de convictions profondes à gauche percent au grand jour et ne sont pas faites pour rassurer les Romanais. Comment est-ce possible, par exemple, qu’une élue de l’opposition organise et fasse la large promotion de la venue d’une élue belgo-turque – Mahinur Özdemir –, exclue de son parti pour ne pas reconnaître le génocide Arménien, alors que les autres membres de sa « famille » politique, à Romans comme à Bourg de Péage, s’y opposent publiquement? Cette provocation idéologique est insupportable et nous la condamnons ; le sujet est trop grave ! D’autant plus dans notre ville où la communauté arménienne est nombreuse et constitue une richesse indéniable notamment par sa contribution à la notoriété de Romans au travers de ses réussites économiques et culturelles. Quelles que soient les aspirations ou les calculs, cet exemple montre, encore une fois, que les ambitions personnelles et les postures idéologiques ne peuvent cohabiter avec le bien commun. Aujourd’hui, nous en sommes convaincus, c’est bien l’hôpital qui se moque de la charité !

Ajouter un commentaire

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.