La France entre la ville et la mort À Romans, il est légitime de le dire : « Ça va mieux » !

Posté dans général le 15 novembre 2016

Il ne s’agit pas là d’une formule démagogique déconnectée mais d’un constat basé sur la réalité des faits. Ces éléments factuels, détaillés dans le dossier de cette édition, contrastent considérablement avec les statistiques nationales. En effet, alors que le chômage est à son plus haut niveau, en France en 2016, à Romans ce sont les offres d’emploi qui ne trouvent pas preneur qui se multiplient. De la même manière, alors que Romans a su sortir des prêts toxiques tout en se désendettant, la dette publique du pays n’a cessé de progresser pour atteindre un niveau tristement historique. Aussi, alors que Romans jouit d’une attractivité croissante, notre nation est moquée à l’étranger et trop souvent méprisée de l’intérieur.

L’idée n’est pas d’arguer que l’on administre un pays comme l’on gère une ville, mais de souligner avec amertume que le gouvernement persiste et signe dans sa politique mortifère à l’égard des collectivités. Alors que le gouvernement devrait travailler en étroite collaboration avec elles, il les isole. Alors que le gouvernement devrait considérer les communes comme des start-up innovantes, il les regarde de haut depuis Paris. Alors que le gouvernement devrait s’inspirer de l’inventivité des certaines actions locales, il les noie sous des flots de démarches administratives contre-productives. Alors que le gouvernement devrait soutenir les maires qui sont les premiers investisseurs du pays, donc les premiers artisans de la France de demain, il s’obstine à entraver leurs démarches en coupant les vivres et en asséchant les dotations.

Nous aurions tant à gagner en adoptant des mesures locales novatrices pour des politiques publiques nationales. Malgré un contexte économique et budgétaire national morose, Romans a su faire preuve d’audace pour faire mentir la conjoncture. Après 30 mois aux commandes de la collectivité, le travail acharné de l’équipe municipale et des services de la ville porte ses fruits et les résultats sont plus qu’encourageants. Invest‘in Romans, Job’Up, mécénat, sécurité : autant d’opérations dont le gouvernement pourrait aisément s’inspirer pour attirer les investisseurs, mettre en relation les demandeurs d’emploi et les employeurs potentiels, favoriser la vitalité économique du pays et assurer un vivre ensemble apaisé. Lorsqu’on pense que chacune des 36 672 communes françaises invente chaque jour ce genre de mécanismes viables et imaginatifs, il est regrettable de constater que nos élites dirigeantes refusent de s’en inspirer.

Néanmoins, la cécité du pouvoir en place n’altère en rien la détermination qui nous anime et ne décourage aucunement les ambitions que nous portons pour notre ville.

Marie-Hélène THORAVAL

Maire de Romans

Ajouter un commentaire

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

Article suivant : Romans à tout prix