L’eau, un bien public

Posté dans général le 16 octobre 2017

Les bien-pensants qui ont gouverné notre ville plus d’un tiers de siècle nous expliquent avec de grands effets de manche qu’il faudrait reprendre en gestion directe ce qu’ils ont délégué aux entreprises privées il y a près de 25 ans. Ce fut l’objet d’âpres discussions lors du dernier conseil municipal qui abordait le nouveau contrat de distribution d’eau sur la ville de Romans. Nous n’avons jamais eu la prétention de disposer des meilleures solutions. Pour autant, force est de constater que la contestation se traduit par des discussions couronnées d’une stérilité indéniable. Contester pour contester quelle culture ! À quand des propositions construites sur une argumentation en phase avec les réalités. Qui aujourd’hui peut avancer en ayant comme seul guide une approche dogmatique animée par de vieux relents idéologiques ? Pas d’idéologie dans le groupe de la majorité municipale mais une priorité de chaque instant : tout mettre en œuvre pour la satisfaction de nos concitoyens. C’est ainsi que la renégociation du marché de distribution d’eau sur notre ville a été menée avec un objectif principal : redonner du pouvoir d’achat aux Romanais. Ainsi, le prix au mètre cube aura baissé de 30 % depuis le début de mandat. Ce qui permet à la population romanaise de disposer d’un pouvoir d’achat de 320 000 euros par an soit 3,9 millions d’euros sur la durée du contrat qui est de 12 ans. L’eau n’est donc pas privatisée, elle reste un bien public, la propriété est communale, seule la distribution est assurée par un opérateur privé. En conclusion, au dogmatisme et à l’idéologie, le pragmatisme sera toujours privilégié par la majorité municipale.

Ajouter un commentaire

Vous devez être identifié pour poster un commentaire.

Article suivant : L’espoir est permis
Article précédent : Du projet aux chantiers